Home » Recherche » Programmes consuls » Edition de la correspondance du consul François Philippe Fölsch

CONTACT

Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine
Université Côte d’Azur (UCA)
98, Bd. Edouard-Herriot
B.P. 3209
F – 06204 Nice cedex 3
Tél : (+33) (0)4 93 37 54 50
Fax : (+33) (0)4 93 37 53 48
Email : cmmc@unice.fr

A venir

Edition de la correspondance du consul François Philippe Fölsch

L’oeil de Stockholm. La correspondance du consul Fölsch depuis Marseille, 1780-1807), éditée et annotée par Pierre-Yves Beaurepaire, Silvia Marzagalli, Fredrik Thomasson, Paris, Classiques Garnier, Les Méditerranées, 2021.

La table des matière est ici.

Le bon de commande de l’ouvrage est ici.

Créé en 1731, au moment où la Suède est en train de revoir ses ambitions internationales au lendemain de sa défaite dans la Grande guerre du Nord (1700-1721) au profit d’une politique d’affermissement économique, le consulat de Marseille est le troisième poste ouvert par la Suède en Méditerranée, après Livourne (1720) et Alger (1729).

Le projet d’édition porte sur les correspondances de François Philippe Fölsch depuis sa prise de fonction en 1780, lorsqu’il succède à son père, à 1807. Le corpus comprend quelque 300 lettres de longueur variable, qui ont été transcrites pas plusieurs cohortes d’étudiants du master Histoire de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, puis vérifiées et corrigées par Pierre-Yves Beaurepaire et Silvia Marzagalli. Le total dépasse un million de signes. L’essentiel de la correspondance -en français- est adressé aux différents chanceliers qui se succèdent à Stockholm, mais l’on trouve également des lettres envoyées -en suédois- au président ou au secrétaire du Conseil royal, au Cabinet royal des correspondances des Affaires étrangères, au secrétaire du cabinet du roi, voire, en 1804, au souverain lui-même.

Régnicole français car né à Marseille, mais issu d’une famille protestante, d’un père négociant hambourgeois et d’une mère appartenant à l’internationale de la banque de Genève, éduqué en Suisse, avant de séjourner deux ans en Suède, franc-maçon et négociant, les expériences de vie et les identités multiples de François Philip Fölsch en font un intermédiaire culturel, un « homme de l’entre-deux » parfaitement capable de déchiffrer les réalités méditerranéennes pour ses interlocuteurs nordiques. Sa correspondance permet entre autres de mesurer l’étendue des champs que le consul suédois considère devoir couvrir pour bien répondre aux attentes de ses supérieurs.

Cette correspondance a donné lieu à des analyses préliminaires :

– Pierre-Yves Beaurepaire et Silvia Marzagalli, « El consulado sueco en Marsella en el siglo XVIII: un cónsul, ¿para qué? », dans Marcella Aglietti, Manuel Herrero Sánchez et Francisco Zamora Rodríguez (éds.), Los cónsules de extranjeros en la Edad moderna y a principios de la Edad contemporánea, Aranjuez, Doce Calles, 2013, p. 81-94.

–  Pierre-Yves Beaurepaire et Silvia Marzagalli, « ‘Pour les nouvelles les plus fraîches et les plus certaines’. La correspondance du consul suédois à Marseille à la fin du XVIIIe siècle comme instrument d’information et d’autopromotion », en collaboration avec Pierre-Yves Beaurepaire, in Silvia Marzagalli (dir.), Les consuls en Méditerranée, agents d’information, Paris, Classiques Garnier, 2015, p. 219-238.

– Pierre-Yves Beaurepaire et Silvia Marzagalli, « Exploiter et éditer une correspondance consulaire. Premier retour d’expérience à partir du cas Fölsch », in Arnaud Bartolomei, Guillaume Calafat, Jörg Ulbert (dir.), De l’utilité commerciale des consuls. L’institution consulaire et les marchands dans le monde méditerranéen (XVIIe-XIXe siècle), Rome-Madrid, Casa de Velázquez-EFR, 2017

– « The consul, a maritime observer in the Mediterranean? The case of François Philip Fölsch, Swedish consul in Marseille, 1780-1807 », avec Pierre-Yves Beaurepaire, in Proceedings of the 4th Maritime Mediterranean Maritime History Network Conference(7, 8 9 May 2014), sous la dir. de Jordi Ibarz Gelabert et al., Barcelona, Museu Maritim de Barcelona, 2018, p. 975-990.

– Silvia Marzagalli, « Napoli nel Settecento vista da Marsiglia: sguardi consolari svedesi e realtà marittime”, in Anna Maria Rao (dir.), Napoli e il Mediterraneo nel Settecento. Scambi, immagini, istituzioni, Bari, Edipuglia, 2017, p. 213-228.

Activités à venir

<< Nov 2021 >>
lmmjvsd
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 1 2 3 4 5

Partenaires

ICEM Globiber Citere Captifs et captivités (programme EGIDE) Navigocorpus